Harmonics | Sonderwoche

Gallery

This gallery contains 3 photos.

Ideenskript: Naturtonreihe_September_06 [pdf, 174KB ] Anbei der LaTeX-Skript %https://blogs.ethz.ch/rindi % *************************** \documentclass[smallheadings,headsepline,12pt,a4paper]{scrartcl} \usepackage[ngerman,french]{babel} \usepackage[applemac]{inputenc} % teilt LaTeX die Texcodierung mit. Bei Windowssystemen: ansinew \usepackage[T1]{fontenc} \usepackage{hyperref} \usepackage[pdftex]{graphicx} \typearea{12} \pagestyle{headings} \clubpenalty = 10000 \widowpenalty = 10000 \selectlanguage{ngerman} \begin{document} \titlehead{ \hfill Ort der … Continue reading

Histoire de la Terre | Néoprotozoérique

Voici un article que j’ai du écrire en Histoire de la Terre en pdf:

ArticleNéoprotozoérique.pdf

Voici le code en LaTeX:

% A. PRÄAMBE Lhttps://blogs.ethz.ch/rindi/
%*******************************************
\documentclass[smallheadings,headsepline,12pt,a4paper]{scrreprt}
\usepackage[ngerman, french]{babel}\usepackage[applemac]{inputenc} % teilt LaTeX die Texcodierung mit. Bei Windowssystemen: ansinew
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage{hyperref}
\usepackage[pdftex]{graphicx}
\typearea{12}
\usepackage{graphicx}
\usepackage{floatflt}
\pagestyle{headings}
\clubpenalty = 10000
\widowpenalty = 10000
\selectlanguage{frenchb}
\begin{document}

% B. TITRE https://blogs.ethz.ch/rindi/
%*******************************************
\titlehead{
\hfill Genève le 30 mars 2006}
\subject{Histoire de la Terre}
\title{Néoprotozoérique}
\author{S.L. | R.\\
Dept. of Earth Sciences  University of Geneva\\
Prof. W.Wildi
}

\date{Mars 2006}
\maketitle
\tableofcontents
\bibliographystyle{alpha}
\newpage

% B. TEXTE  https://blogs.ethz.ch/rindi/
%*******************************************
\begin{figure}
\chapter{Temps/Espace}

Le \emph{Néoprotérozoïque} est l’ère géologique qui s’étend de 1 milliard à 540 millions d’années. Les bornes exactes peuvent varier quelque peu suivant les auteurs. Cette ère est la dernière de \emph{l’éon Protérozoïque}, parfois encore appelé Précambrien.\\
Veuillez prende de connaissance du \emph{Seafloorspreading} dans \emph{l’océan de Panthalassa} sur Fig.: \ref{fig:rodinia}.2\\

\begin{minipage}[b]{.4\linewidth}
\includegraphics[width=6 cm]{timescale.jpg}
\caption{www.wikipedia.org}
\end{minipage}
\hspace{.1\linewidth}
\begin{minipage}[b]{.4\linewidth}
\flushright
\includegraphics[width=2.5 in]{NewRodinia750Ma.jpg}
\centering
\includegraphics[width=2.5 in]{NewRodinia700Ma.jpg}
\flushleft
\includegraphics[width=2.5 in]{NewRodinia600Ma.jpg}
\label{fig:rodinia}
\caption{www.scotese.com}
\end{minipage}

\end{figure}

\chapter{L’ère du Néoprotérozoïque et ses périodes}

\section{Tonian}
Le \emph{Tonian} (Grèque: tonas = “étendre”) est le premier système géologique du \emph{Néprotérozoïque} qui s’étend de  1000 Ma à 850 Ma (millions d’années avant notre ère). \\

Evénéments importants:\\
\begin{itemize}
\item Le “\emph{Breakup}” du supercontinent Rodina commence.
\item Les premiers \emph{acritarchs} apparaissent pendant le Tonien.\\
\end{itemize}

Les \emph{Acritarches} (cf.Fig.: \ref{fig:tonianfossils}) sont des microfossiles à parois organique, c’est-à-dire des \emph{palynomorphes}, auxquels il n’est pas possible d’attribuer une affinité biologique avec certitude. Le nom Acritarche dérive du Grec “\emph{akritos}” signifiant incertain ou confus et de “\emph{arche}” signifiant origine. Le terme Acritarche a été introduit pour la première fois par W.R. Evitt en 1963. Les \emph{acritarches} sont connus depuis le \emph{Précambrien} (les plus anciens connus sont datés de 1.5 milliard d’années), ils sont abondants au cours du \emph{Paléozoïque} et puis régressent très fortement et disparaissent presque complètement par la suite.

\begin{figure}
\centering
\includegraphics[width=6 cm]{metazoaires.jpg}
\caption{Schéma Acritarches; www.lycos.fr}
\label{fig:tonianfossils}
\end{figure}

\section{Cryogénian}
Le \emph{Sturtien} est le premier étage du \emph{Cryogénien}; il s’étend de 850 à 630 millions d’années avant l’ère chrétienne. Il voit le début d’une glaciation qui se termine à la fin du \emph{Varangien}, soit 630 millions d’années avant l’ère chrétienne.\\
La population \emph{d’acritarches} (cf.Fig.: \ref{fig:biontacryogenian}) diminua fortement durant cette glaciation et il semblerait que les niveaux d’oxygène ait augmenté peu après la fin de la glaciation.\\
La glaciation \emph{Varanger} est une longue période de glaciation de la Terre, à l’époque du \emph{Cryogénien}.
Actuellement deux thèses s’opposent :\\
\begin{itemize}
\item Cette glaciation a couvert l’ensemble de la planète ne laissant pas d’eau libre (hypothèse de la Terre boule de neige).\\
\item Une bande océanique autour de l’équateur n’aurait pas gelé.\\
\end{itemize}

\begin{figure}
\centering
\includegraphics[width= 10cm]{deathvally.jpg}
\caption{Fossils pendant le Cryogenian; Corsetti et al. (2003)}
\label{fig:biontacryogenian}
\end{figure}

\section{Ediacarien}

\emph{L’Édiacarien} est le plus récent système géologique du \emph{Néoprotérozoïque} qui s’étend de 630 à 542 millions d’années avant notre ère.\\
Historiquement son nom a été utilisé de diverses façons puis a été ratifié en 2004 par l’IUGS (International Union of Geological Sciences). L’ancienne dénomination de ce système est le Vendien ou parfois le Néo Prot-III.\\

La faune de \emph{l’Édiacarien} (cf.Fig.: \ref{fig:edicaranfossils}) est appelé parfois faune du Vendien. L’usage moderne tend à utiliser le premier terme pour toute la faune de cette époque. Plusieurs paléontologues croient que la faune du \emph{Ediacarien}/Vendien était les ancêtres de la faune du Cambrien. D’autres pensent que la faune du \emph{Ediacarien}/Vendien n’a pas de descendance vivante. Selon cette dernière hypothèse, elle aurait subi une extinction et ensuite la faune du Cambrien aurait évolué.\\

\begin{figure}
\centering
\includegraphics[width= 10cm]{edicaranfossils.jpg}
\caption{Fossils dans l’Edicaran; Kevin J. Peterson et al. (2003)}
\label{fig:edicaranfossils}
\end{figure}

\chapter{Snowball Earth}
Résumé de la Théorie\\

Il y a 750 millions d’années, à la fin du \emph{protérozoïque} :\\
La glaciation de la Terre a été provoquée par une importante diminution du gaz carbonique dans l’atmosphère due à la dislocation du supercontinent \emph{Rodinia} qui, à l’époque, était centré sur l’équateur et s’étendait du 60e degré de latitude nord au 60e degré de latitude sud.\\
\emph{Rodinia} a commencé à se fracturer il y a 800 millions d’années sous l’effet de points chauds, sortes de lances magmatiques qui traversent la croûte terrestre et crachent d’énormes quantités de lave. Cet événement s’est accompagné de l’ouverture d’océans et de bras de mer qui ont augmenté la quantité de vapeur d’eau présente dans l’atmosphère, et donc les pluies. Le carbone présent dans les pluies sous forme de gaz carbonique s’est bientôt retrouvé dans l’océan, piégé dans les sédiments sous forme de carbonates.\\
Dans le même temps, les énormes écoulements de laves produits par la fracture de \emph{Rodinia} formaient des surfaces basaltiques à la surface des continents. Or ces dernières consomment huit fois plus de carbone qu’une même surface granitique quand elles s’érodent sous l’effet de l’humidité.\\

\noindent
Pour plus de détails:\\

www.snowballearth.org\\

\noindent
Un extrait de la liste des articles en concernant le sujet “Snowball Eart” se trouve dans la bibliographie.

\begin{thebibliography}{9}
\bibitem{Hoffman}
Paul F. Hoffman and Alan J. Kaufman and Galen P. Halverson and Daniel P. Schrag, 1998, \emph{A Neoproterozoic Snowball Earth, Science}, 281, 1342-1346
\bibitem{Hyde}
William T. Hyde and Thomas J. Crowley and Steven K. Baum and W. Richard Peltier, 2000, \emph{Neoproterozoic ‘snowball Earth’ simulations with a coupled climate/ice-sheet model}, Nature , 405, 425-429
\bibitem{Caldeira} Ken Caldeira and James F. Kasting, 1992, \emph{Susceptibility of the early Earth to irreversible glaciation caused by carbon dioxide clouds}, Nature, 359, 226-228
\bibitem{McKay} Christopher P. McKay, 2000, \emph{Thickness of tropical ice and photosynthesis on a snowball Earth}, Geophysical research letters , 27, 14, 2153-2156
\end{thebibliography}
\end{document}

Et les graphiques nécessaires:

timescale

Fig. 1: Timescale

newrodinia750ma

Fig. 2: New Rodinia 750 Ma

newrodinia700ma

Fig. 3: New Rodinia 700 Ma

newrodinia600ma

Fig. 4: New Rodinia 600 Ma

deathvally

Fig. 2.2: Fossils pendant le Cryogenian ; Corsetti et al. (2003)

metazoaires

Fig. 2.1: Schéma Acritarches ; www.lycos.fr

edicaranfossils

Fig. 2.3: Fossils dans l’Edicaran ; Kevin J. Peterson et al. (2003)

Géomorphologie | Géophotographie | Traveaux Pratiques | Lithologie & Structures Géologiques

Université de Genève Master Bi-Disciplinaire en “Mathématiques et Sciences de la Terre” 2006

Voici le rapport du TP 4 en Géomorphologie & Géophotographie “Lithologie et Structures Géologiques” en pdf:

TP-04-Géomorphologie-Lithologie-Structures-Géologiques.pdf

Le code en LaTeX:

% A. PRÄAMBEL https://blogs.ethz.ch/rindi
% ******************************************

\documentclass[smallheadings,headsepline,12pt,a4paper]{scrreprt}
\usepackage[ngerman,french]{babel}
\usepackage[applemac]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage{hyperref}
\usepackage[pdftex]{graphicx}
\typearea{12}
\pagestyle{headings}
\clubpenalty = 10000
\widowpenalty = 10000
\selectlanguage{frenchb}
\begin{document}

% B. TITRE https://blogs.ethz.ch/rindi
% ******************************************

\titlehead{
\hfill Genève en Janvier}
\subject{Géomorphologie – Photogéologie}
\title{Simon-Lukas Rinderknecht}
\author{
Travail pratique IV\\
\\
– LITHOLOGIE ET SRUCTURES GEOLOGIQUES -\\
\\
No. de Carte: 124º126º\\
Echelle  ~ 1: 50\\
}

\date{Janvier 2006}
\maketitle
\tableofcontents

% C. PARTIE PRINCIPALE https://blogs.ethz.ch/rindi
% ******************************************
\chapter{Légende}

\begin{center}
%\includegraphics[width=13cm]{Legende.pdf}
\end{center}
%—————————————
\chapter{Partie déscriptive}

La photo montre deux zones:\\

\begin{itemize}
\item la \emph{Zone de la structure anticlinale}.
\item la \emph{Zone déserte}.\\
\end{itemize}

\section{Zone de la structure anticlinale}
La \emph{structure anticlinale} s’étale dans la direction est-ouest.
On voit une tranchée au milieu avec un bord en forme de \emph{poire}. Un fleuve traverse la \emph{tranchée}. Le fleuve s’écoule \emph{verticalement} par rapport à la \emph{structure anticlinale} et continue son chemin dans la \emph{zone déserte}. Le fleuve se trouve toujours dans des vallées assez droites. On voit le long de la structure anticlinale des chaînes de montagnes avec des coupes parallèles en \emph{zig-zag}. On voit des couches \emph{rocheuses} et un peu de sable. La végétation est quasi absente.

\section{Zone déserte}

La \emph{zone déserte} est \emph{légèrement inclinée} et en gros elle se présente assez \emph{plate}. Par contraste avec la zone de la structure anticlinale elle est \emph{sableuse} – on ne voit alors pas de lithologies rocheuses. Plusieurs \emph{systèmes fluviatiles} traversent ce plateau en direction sud-nord. On voit également des systèmes fluviatiles sans qu’il y ait rivière ou fleuve dedans. Les systèmes sont légèrement \emph{méandrées}.

\section{Impact humain}
Aucun.\\

%—————————————

\chapter{Partie Interprétative}

\section{Interprétation concernant la structure anticlinale}

Plusieurs couches lithologiques se sont \emph{pliées}. Cela peut-être dû à une \emph{force tectonique}. Cela abouti à ce que l’on appelle une \emph{structure anticlinale}. Les couches du côté nord sont \emph{moins inclinées} que sur le côté sud. Ceci s’explique par le fait que \emph{l’épaisseur} visible à la surface des couches correspondantes (une couleur) sont au nord, \emph{plus larges} que du côte sud. La \emph{couche lithologique} la \emph{plus vieille} est celle que l’on voit dans le fond de la vallée qui traverse la structure anticlinale verticalement (en jaune). C’était alors la couche \emph{initialement} la plus \emph{profonde} de toutes.

\section{Interprétation concernant la zone de désert}

La \emph{zone déserte} consiste en des \emph{sédiments que les fleuves ont amenées de la zone structure anticlinale}. C’est donc du sable probablement pas très profond et peu ou même pas lithifié.

\section{Interprétation concernant les systèmes fluviatiles}

J’estime que les rivières ont été déjà là \emph{avant} la formation de la \emph{structure anticlinale}. En fait \emph{pendant} la formation de celle-ci le fleuve a pu éroder les couches de la \emph{structure anticlinale} et ainsi a pu trouver son chemin actuel. Ceci explique le fait des \emph{vallées fluviatiles} dans la zone de la \emph{structure anticlinale}. On remarque aussi que les fleuves ont une \emph{courbure} dans la zone de \emph{transition anticlinale-désert}. Une première explication possible de ce fait peut être un \emph{cisaillement} de \emph{couches} (indiqué sur le dessin). Ou alors, c’est simplement le fait que la \emph{dernière couche} stratigraphique, avant le désert, est \emph{plus résistante, plus dense et plus dure} ce qui provoque la \emph{déviation fluviatile} en question. Eu égard au fait que le \emph{climat} est \emph{aride}, il est facile a comprendre que quelques vallées dans la zone du désert ne contiennent pas de rivières. Mais s’il pleut (p.ex. des \emph{orages}) ils se remplissent vite, et c’est ainsi que le terrain se draine. Mais alors dans les \emph{périodes de sécheresse}, on ne voit que les \emph{traces} de rivières.

\section{Interprétation concernant la végétation}
La \emph{végétation} ne pousse que très \emph{peu} parce que la région en question est trop \emph{sèche} et que le sol est \emph{rocheux} ou \emph{sableux}. Comme cela la \emph{végétation} a de la peine à s’installer de manière durable et proliférante. Il est possible que l’on trouve le long des rivières une \emph{microbiosphère}, mais cela n’est pas sûre et bien entendu c’est une hypothèse impossible à prouver avec une photo aérienne donnée comme celle-là.

\section{Interprétation concernant le climat}
On ne voit aucune trace de végétation qui serait normalement un bon indicateur pour une région plus tôt humide. On ne voit d’ailoleurs que des \emph{lithologies sableuses} ou \emph{rocheuses} et donc on ose conclure que le \emph{régime du climat} est \emph{aride} et \emph{sec}. De plus les \emph{zones du désert} confirment la conclusion.\\

%—————————————

\end{document}