GENEVEROULE – OUVERTURE DE SAISON | NOUVEAUTES ET PROJETS

Quotidiennement, du 25 avril au 25 octobre 2009, 120 vélos de Genèveroule seront librement mis à disposition dans 5 lieux de prêt en ville de Genève et à Carouge.

Grâce au soutien de la Ville et du canton de Genève ainsi que de la ville de Carouge et de nos divers partenaires, le public pourra emprunter gratuitement pour 4 heures les vélos à l’arcade Genèveroule à Montbrillant, ou dans l’un des sites de l’association situés à l’entrée des bains des Pâquis, sur la place du Rhône, sur la plaine de Plainpalais ou sur la place de l’Octroi à Carouge. L’utilisateur pourra ramener les vélos à l’endroit de son choix. Le site www.geneveroule.ch renseigne en temps réel sur les disponibilités dans chaque point de prêt. Ces différents lieux, ouverts tous les jours de 9h.00 à 19h.00 (8h.00 à 21h.00 à Montbrillant), sont alimentés à l’énergie solaire photovoltaïque. Carougeroule proposera pour la première fois en prêt gratuit 10 vélos à assistance électrique (VAE) offerts par la commune.

Pour des locations de plus longue durée, Genèveroule offre un choix d’environ 150 vélos de différents types à son arcade de Montbrillant. Dès le mois de mai, il sera possible de réserver et payer les locations via le site.

Dans le cadre de ses partenariats avec les entreprises, Genèveroule loue désormais des vélos à assistance électrique.

Environ 150 vélos et VAE sont actuellement loués à l’année auprès de diverses entreprises dont la Télévision Suisse romande (TSR), la Fondation des services d’aide et de soins à domicile (FSASD), l’Hospice Général, l’Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, Rolex ou encore l’Association Partage. Ces entreprises mettent les vélos à disposition de leurs employé(e)s pour leurs déplacements professionnels ou privés. Le contrat de location inclut l’aide à la gestion et la maintenance des vélos sur site par www.geneveroule.ch.

En vue de l’appel d’offre que la ville de Genève devrait publier prochainement pour l’établissement de vélos en libre service (VLS), Genèveroule se prépare à soumettre un projet intégrant la gestion complète du système et de la flotte de vélos.

Avec un parc actuel bien établi d’environ 500 vélos et une expérience éprouvée de la location et gestion de vélos en milieu urbain, l’association Genèveroule est confiante de pouvoir assurer un service efficace et convivial pour la fourniture de vélos en libre service à Genève. Tout comme l’association Lausanneroule qui a obtenu les mandats de gestion du VLS à Yverdon, Morges et sur le campus de l’EPFL, Genèveroule souhaite concilier la mise en place d’un tel système avec ses programmes d’insertion socioprofessionnelle. Le projet de Genèveroule s’est déjà vu décerné une mention dans le cadre de la bourse cantonale du développement durable en 2008.

L’insertion socioprofessionnelle au service de la mobilité douce.

Genèveroule emploie actuellement près de 90 personnes en haute saison et 50 en hiver. Outre les requérants d’asile, les chômeurs et les bénéficiaires de l’assistance qui constituent la majorité de nos collaborateurs, onze personnes en emplois de solidarité travaillent au sein de l’association. Genèveroule accueille également plusieurs jeunes stagiaires et engagera, très prochainement, un(e) apprenti(e). Le travail chez Genèveroule permet à ces personnes de se former dans les domaines de la mécanique, du service à la clientèle, des télécommunications, de la gestion et des langues. La formation est assurée en partie par l’échange d’expériences et de connaissances au sein des équipes ainsi que par les contacts réguliers avec les utilisateurs.

Pour plus de renseignements, consultez www.geneveroule.ch ou contactez Nicolas Walder, directeur, tél. 022 740 14 48, courriel : nicolas.walder@geneveroule.ch

Si vous souhaitez suivre le travail de Genèveroule, rencontrer ses employé(e)s, parler avec son directeur, recevoir des photos de nos activités – nous sommes à votre disposition à l’adresse de contact indiquée ci-dessus.

Kenneth Arrow’s Impossibility Theorem | Unmöglichkeitstheorem bei Gruppenentscheiden

(English below)

Gibt es eine echte Regel für das Konstruieren einer sozialen Präferenz aus individuellen Präferenzen? Mit anderen Worten: Existiert überhaupt eine faire Prozedur für Gruppenentscheide?

Kenneth Arrow untersuchte diese Frage, indem er Kriterien aufstellte, welche berücksichtigt werden sollten, um ein akzeptables Regelwerk beim identifizieren von sozialen Präferenzen aus individuellen Präferenzen zu konstruieren:

1 Soziale Präferenzen sollten komplett sein. D.h., zwischen zwei Alternativen, A und B, können drei Fälle auftreten: A wird B vorgezogen (oder umgekehrt) oder es besteht Indifferenz in der Wahl.
2 Soziale Präferenzen sollten transitiv sein. D.h., wenn A gegenüber B vorgezogen wird und B gegenüber C, dann wird auch A gegenüber C vorgezogen.
3 Wenn jedes einzelne Individuum die Alternative A gegenüber B bevorzugt, dann sollte die gesamte Gesellschaft A favorisieren (schwaches Pareto Prinzip).
4 Soziale Präferenzen sollten unabhängig von einzelnen Individuen sein (Kein Diktator).
5 Soziale Präferenzen sollten unabhängig von irrelevanten Alternativen sein. D.h., Wenn die Gesellschaft die Alternative A gegenüber B vorzieht, dann sollte das unabhängig aller anderen Alternativen sein.

Ok, Kenneth Arrow hat mathematisch bewiesen, dass es kein Regelwerk geben kann, welches eine gesellschaftliche Präferenz aus individuellen Präferenzen, unter den aufgestellten Kriterien, herleitet. Mit anderen Worten: Sowie das Majorz-System, als auch das Proporz-Prinzip, oder irgendein-Prinzip, verletzt mindestens, unter gegebenen aber möglichen Umständen, eine der obigen Regeln, wenn eine Gruppe zu einer Entscheidungspräferenz kommen will.

Übrigens hat sich Kenneth Arrow hauptsächlich mit dieser Erkenntnis den Nobel Preis in Ökonomie geholt.

Den Ausweg gibt es nur durch den politischen Prozess. Wenn die individuellen Meinungen Gemeinsamkeiten aufweisen, können durchwegs Gruppenentscheide getroffen werden.

Trotzdem, Arrows „General Impossibility Theorem“ stellt nach wie vor für Sozialphilosophien ein Problem dar, bei denen – wie in der Demokratie – die sozialen Entscheidungen aus dem Willen der Einzelnen abgeleitet werden.

Ist es nicht so, dass wir ebensoviel Zeit brauchen um das Wahlsystem zu bestimmen, wie die eigentliche Wahl zu treffen?

_________________________________________________

Is there a rule for constructing social preferences from individual preferences? In other words, does a fair procedure for group decisions even exist?

Kenneth Arrow examined the problem rigorously by specifying a set of requirements that should be satisfied by an acceptable rule for constructing socially preferences from individual preferences; i.e.,

* Social preferences should be complete in that given a choice between alternatives A and B it should say whether A is preferred to B, or B is preferred to A or that their is a social indifference between A and B.
* Social preferences should be transitive; i.e., if A is preferred to B and B is preferred to C then A is also preferred to C.
* If every individual prefers A to B then socially A should be preferred to B.
* Socially preferences should not depend only upon the preferences of one individual; i.e., the dictator.
* Social preferences should be independent of irrelevant alternatives; i.e., the social preference of A compared to B should be independent of preferences for other alternatives.

What Kenneth Arrow was able to prove mathematically is that there is no method for constructing social preferences from arbitrary individual preferences. In other words, there is no rule, majority voting or otherwise, for establishing social preferences from arbitrary individual preferences.

This was a major result and for it and other work Kenneth Arrow received the Nobel prize in economics.

There is one way out of this impasse for making social decisions through the political process. If the individual preferences have some commonality then social preferences can be constructed. If the alternatives can be represented as being elements of a spectrum and the preferences of the individuals exhibit single peakedness then social preferences can be constructed.